Je refis lentement le chemin des vacances, et de chères ombres marchaient près de moi.
[...]
Je vis enfin le mur d'enceinte : par-delà les tessons de la crête, le mois de juin dansait sur les collines bleues ; mais au pied du mur, tout près du canal, il y avait l'horrible porte noire, celle qui n'avait pas voulu s'ouvrir sur les vacances, la porte du Père Humilié...

Dans un élan de rage aveugle, je pris à deux mains une très grosse pierre, et la levant d'abord au ciel, je la lançai vers les planches pourries qui s'effondrèrent sur le passé.

Marcel Pagnol,

Le Château de ma Mère
© Éditions Bernard de Fallois 1988

 

 

Illustration d'Albert Dubout (1905-1976)
avec l'aimable autorisation d'Albert Dubout Communication